Jean ROCHARD
Je partage ma passion de Wordpress dans des articles techniques sur les plugins, thèmes, nouveautés geek et optimisation SEO "on-site".
Jean ROCHARD

@jean_rochard

Chez Terre Digitale, on mange du Wordpress dès le petit-dej'.
Petit guide pour mettre en place les Facebook Instant Articles à partir de vos posts Wordpress : https://t.co/lSbzdM6z9j - 7 mois ago

Si vous avez déjà cherché à transformer votre site WordPress en site multilingue, vous avez sûrement passé beaucoup de temps à comparer les différentes solutions existantes puis à les déployer. Je vous livre aujourd’hui ma méthode en 10 étapes pour ne plus galèrer sur le multilingue avec WPML.

Passage en revue des principaux plugins multilingues

Avant de commencer, voici une petite liste des plugins qui transformeront votre site en site multilingue :

  • WPML qui est le plugin de référence. On lui reproche de ne pas être exempt de bugs, d’être complexe, de ne pas être optimisé techniquement (multiplicité des requêtes SQL), de ne pas être compatible avec d’autres plugins… N’empêche, il reste incontournable, compatible multisite, et fera parfaitement l’affaire pour un site de contenu de quelques dizaines de pages à trafic moyen. La plupart des thèmes premium ont été testés pour WPML et seront déclarés « compatibles ». Son prix : 79$ la première année puis 39$ / an ; pour un nombre de sites illimité.
  • Polylang est le 2ème plugin de référence dans le domaine, et prend des parts de marché à WPML. On peut même lui associer un plugin d’assistance de traduction (lingotek). Il présente aussi quelques incompatibilités mais reste plus respectueux du codex WordPress. En tant que plugin gratuit, certains lui reprochent un support moins efficace que celui de WPML. Les pages et articles, comme pour WPML, seront tous multipliés selon le nombre de langues du site.
  • qTranslate propose lui une approche champs par champs, puisque vous traduirez vos éléments sur la même page en mode édition. C’est un plugin gratuit et le support n’est pas non plus très réactif selon l’auteur lui même.
  • Les solutions multilingues sous forme de réseau multisite ne sont pas à écarter : multilingual press ou multisite language switcher vous assisteront parfaitement dans ce cadre.
  • Enfin pour une traduction 100% automatisée de votre site (attention à la qualité !), tentez transposh
  • Nouvel acteur de la traduction Worpdress, weglot est une solution en mode SAAS (et donc accessible par abonnement à partir de 150 € / an pour 1 site) qui vous fournira une solution de traduction ultra-rapide à installer ; tout en prenant soin de votre SEO. C’est la nouvelle vague des « plugins as a service » ! Un mode de traduction automatique vous fournira des contenus de base multilingue optimisables avec votre propre dictionnaire et que vous pourrez bien entendu réécrire /compléter ensuite si besoin.

Dans cet article, nous choisirons le classique WPML et allons réaliser cette mise en place en 10 étapes et moins de 30 minutes. Avant de commencer, les recommandations habituelles : nettoyage, backup… Attention, prêt, feu, partez !

Etape 1 : traduire le thème et les plugins

Le prérequis avant de se lancer dans la gestion multilingue est de bien traduire tous les éléments de votre thème et de vos plugins. En effet, WPML va s’occuper de gérer des versions par langue de vos contenus (pages, articles, menus, widgets…) mais ne lui confions pas la tâche de gérer les traductions des chaînes de caractère du thème et des plugins. Pour cela, consultez plutôt cet article sur la traduction de thème (dont le cas d’un thème enfant).

Etape 2 : bien finaliser le site monolingue et traduire (ou faire traduire) ses contenus

Avant de se lancer trop vite dans la mise en place de WPML, je vous conseille de bien finaliser votre site dans sa langue principale. En effet, nous allons dupliquer tous les éléments pour initialiser le site multilingue ; mais cela suppose que votre structure de page et de contenu soit bien en place. Sinon, vous aurez à faire autant de mises à jour qu’il y aura de langues sur votre site !

Pour traduire vos contenus, vous pouvez passer par des plateformes de traduction : par exemple textmaster ou translated. Ces sites sont des places de marché de traduction et vous y trouverez des prix intéressants. Attention toutefois à la qualité de ce qui vous sera livré. Pour un site de quelques dizaines de pages de contenu sans enjeu trop stratégique, ce sera très bien. Pensez à bien nommer et organiser les fichiers que vous leur fournirez.

Pour des projets plus vastes pour lesquels vous pourriez avoir besoin d’une équipe pour vous accompagner, je vous recommande une agence de traduction comme tradonline qui travaille avec des traducteurs sélectionnés et non comme une place de marché. Rapide et sur-mesure, qualité garantie !

Etape 3 : télécharger les extensions WPML et commencer l’installation

C’est là que mon sablier de 30 minutes se déclenche ! Une fois votre compte WPML créé et payé, rendez vous sur votre compte et téléchargez 4 extensions : « WPML Multilingual CMS », « WPML String Translation », « WPML Translation Management » et « WPML Media ». Les autres plugins ne sont pas tous inutiles, mais vous pourrez les utiliser dans un second temps et en fonction de vos besoins.

0_wpml_downloads

Installez maintenant la principale extension (core) : WPML Multilingual CMS

1_wpml_install

Etape 4 : paramétrage de base de WPML

Suite à l’installation, vous pouvez lancer l’assistant de paramétrage (nouveau menu WPML -> Langues). Cet assistant se déroule en 4 étapes. Sélectionnez donc d’abord la langue actuelle.

2_wpml_param_etape1

Ensuite, choisissez les langues à activer (nous prendrons l’anglais dans cet exemple) :

2_wpml_param_etape2

Il s’agit maintenant de paramétrer le sélecteur multilingue (souvent sous la forme de drapeaux) et son affichage sur votre site. Dans notre cas, je choisis de l’afficher dans le menu principal.

2_wpml_param_etape3

Enfin, il faut rentrer sa clé générée dans le compte WPML pour s’enregistrer et bénéficier des mises à jour :

2_wpml_param_etape4

Etape 5 : le gestionnaire de traduction pour dupliquer les contenus

Installez le plugin « WPML Translation Management » précédemment téléchargé :

3_wpml_install_tm

Dans le menu « WPML -> Gestion de traduction », vous retrouverez tous vos contenus détectés par WPML. Ici, je ne vais initialiser que les pages déjà publiées (vous pouvez utiliser pour cela les filtres). Sélectionnez les pages en question (case à cocher) puis choisissez « Dupliquer le contenu » pour toutes les langues ; et lancez le duplicata.

4_wpml_duplicate

Vous aurez maintenant accès dans la liste des pages aux différentes versions multilingues de vos contenus (les icônes « crayon » ou « actualiser » sur l’image ci dessous). Ils ne sont pas encore traduits bien entendus mais déjà dupliqués et identiques à ceux de la langue initiale. C’est déjà une bonne base !

WPML_listepages

Vous irez à la fin de ces 10 étapes insérer vos traductions en remplaçant les contenus initiaux sur chaque nouvelle page de chaque nouvelle langue. A vous de bien gérer les liens également entre contenus de la même langue. La bascule d’une langue à l’autre est gérée par un paramètre lang dans l’URL. Pour une gestion en sous-domaine, il faudra passer par un réseau multisite.

Etape 6 : synchroniser et dupliquer les menus

Les pages sont prêtes, vous pouvez donc aller dans la rubrique WPML -> Synchroniser les menus WP ; sélectionnez vos contenus et appliquer les changements.

5_wpml_menu_synchro

Maintenant que l’association des pages est validée, vous pouvez générez vos menus des les nouvelles langues du site : cliquez sur le bouton « synchroniser ». Tous vos menus seront maintenant disponibles dans toutes les langues du site, avec les bonnes pages associées.

5_wpml_menus

Etape 7 : la traduction des widgets de type Texte

Les widgets (ceux textuels en tout cas) sont considérés par WPML comme des chaînes de caractères. Installez donc tout d’abord « WPML String Translation » :

6_wpml_install_str

Dans WPML -> Traduction de chaînes, vous retrouverez alors le contenu de vos widgets de type texte (titres et corps séparés). Changez si besoin la langue par défaut des widgets si ce n’est pas la bonne :

7_wpml_widget

Traduisez ensuite les chaînes en validant par « Traduction terminée » :

7_wpml_widget_translate

Etape 8 : utiliser le plugin « WPML Widgets » pour les autres widgets

Pour les autres widgets qui ne sont pas de type texte, vous pouvez utiliser le plugin WPML Widgets. Vous aurez alors à votre disposition un boîte de sélection pour filtrer les affiches des widgets selon les langues disponibles :


8_wpml_widget_logic

Etape 9 : traduire les formulaires de contact

Si vous utilisez Contact Form 7 pour vos formulaires de contact, le plus simple est de les dupliquer, et d’insérer les formulaires par shortcode sur les pages correspondantes. La documentation est ici et un exemple ci dessous :

9_wpml_cf7

Si vous utilisez Gravity Forms, installez le plugin WPML correspondant (à télécharger au niveau du compte) et suivez la documentation ici.

Etape 10 : traduction des medias

Pour gérer le multilingue des pages media, des légendes des images et des textes alternatifs (utilisés pour l’accessibilité et le SEO), installez le plugin « WPML Medias ». Ensuite dans le menu WPML -> Traduction multimedia, démarrez la duplication en sélectionnant les options qui vous conviennent et démarrez le processus. Pour chaque page media sera créée une version multilingue, accessible par le drapeau de la top bar d’administration WordPress.

WPML_media

Facultatif

Le plugin « WPML Sticky Links » vous aidera à gérer les renommages de lien ; mais je n’ai jamais compris le lien avec les fonctionnalités multilingues… Bref, je ne l’utilise pas.

Le plugin « WPML CMS Nav » vous aidera à gérer vos menus et fil d’ariane multilingues. Son utilité dépend surtout de la façon dont le thème gère cela.

Conclusion

Et voilà un site WordPress 100% multilingue grâce à cette méthode efficace et basée sur la duplication des contenus. Alors, 30 minutes chrono ?