Jean ROCHARD
Je partage ma passion de Wordpress dans des articles techniques sur les plugins, thèmes, nouveautés geek et optimisation SEO "on-site".
Jean ROCHARD

@jean_rochard

Chez Terre Digitale, on mange du Wordpress dès le petit-dej'.
Petit guide pour mettre en place les Facebook Instant Articles à partir de vos posts Wordpress : https://t.co/lSbzdM6z9j - 7 mois ago

Suivi de trafic, suivi de conversion,  A/B Testing… les outils webmarketing permettant d’optimiser une stratégie digitale sont aujourd’hui nombreux sur le marché. Pour les mettre en place, il s’agit souvent d’inclure un code javascript dans le code source du site ou bien de lier ce code technique à des actions sur des éléments spécifiques d’une page (exemple : le bouton « envoyer » d’un formulaire de contact déclenche une action de conversion).

Qui dit code javascript dit développeur ; mais aussi nombreux allers-retours de calage pour avoir un tracking aux petits oignons. Pas toujours facile à mettre en place donc… Dans cet esprit, des solutions sont apparues depuis plusieurs années pour centraliser la gestion de ces codes de suivi et avoir une interface unique pour les paramétrer : ce sont les TMS ou Tag Management System.

Regardons d’un peu plus prêt ces solutions ainsi que la façon d’intégrer Google Tag Manager à WordPress.

Principe de fonctionnement

Le mot « tag » m’a perturbé au début car dans le langage technique, cela désigne une balise et le plus souvent une balise HTML. Hors dans le cas d’un « Tag Manager », il est en fait plus question de modules (ou snippets) constitués de bouts de code indépendants.

Le principe d’un gestionnaire de tags est simple : il offre un conteneur unique et sécurisé (il faut le souhaiter) dont le rôle est d’être le relais pour injecter les fameux tags précédemment paramétrés.

Le tag manager va donc vous offrir :

  • une interface unique pour ajouter vos modules,
  • des modules pré-paramétrés pour les outils les lus répandus du marché
  • un conteneur à ajouter sur votre site pour injecter les tags

C’est à la fois tout et beaucoup !

Présentation de Google Tag Manager

Dans Google Tag Manager, vous pouvez gérer plusieurs sites à partir du même compte :

tagmanager

La première étape est de créer un nouveau compte et ainsi d’obtenir un identifiant de conteneur :

conteneur

Comme vous le voyez, un conteneur peut être destiné aussi bien pour un site que pour une application mobile.

Ensuite, l’interface vous propose de gérer 3 grands types d’éléments :

  • les balises (ou tags)
  • les déclencheurs
  • les variables

Voici une copie d’écran de l’interface de Google Tag Manager pour un site donné :

ihmtagmanager

Les variables sont des éléments que vous pouvez utiliser lors du paramétrage de vos balises ou déclencheurs. Cela permet de faire des paramétrages précis et sur-mesures ou plus simplement de centraliser un code de suivi et de ne pas le répéter dans toutes vos balises (ex : le code de suivi analytics).

Les déclencheurs sont les éléments qui définiront les conditions d’activation d’une balise dans le conteneur. Par exemple, on peut préciser que l’on veut un suivi de trafic uniquement sur toutes les URL qui contiennent « /blog ». Ainsi le code de suivi Analytics ne sera injecté que sur ces pages.

Les balises sont constituées du code à injecter, pour un déclencheur ou plusieurs déclencheurs donnés. Des modules comme le suivi de conversion Adwords, le suivi Analytics, Crazy Egg… possèdent une interface d’aide au paramétrage.

Pour toute modification de l’un des éléments, il faut publier le paramétrage en production.

Est ce réellement simple à mettre en place ?

On a pu lire que les solutions de gestion de tag étaient destinées aux marketeurs plus qu’aux développeurs, mais il faut reconnaître que l’utilisation de déclencheurs et variables spécifiques restent du domaine du développement (par contre, cela se fait dans une interface beaucoup plus facile d’accès qu’un environnement de développement !)

Pour le moment, aucun lien n’est encore fait avec votre site WordPress, et il va s’agir de bien gérer la transition en production si vos trackings sont stratégiques. En effet, il va falloir supprimer les anciens code de suivi pour ensuite ajouter le conteneur. Cette phase n’est pas la plus compliquée.

Pour simplement tester le conteneur sans toucher à votre site, il existe aussi une extension Chrome très pratique : tag manager injector.

Ajout du conteneur à Worpdress

Imaginons que vous ayez paramétré et publié un tag « Analytics » pour toutes vos pages ; il s’agit maintenant de mettre en production votre conteneur sur votre site.

L’ajout du code javascript du conteneur peut se faire manuellement mais aussi par un plugin comme celui ci : duracelltomi’s google tag manager. Ce plugin se chargera d’injecter le code du conteneur pour vous, et pour la plupart des thèmes. Une fois activé, votre conteneur sera en place et se chargera de publier vos codes de suivi selon les déclencheurs paramétrés.

Ce plugin est aussi très intéressant pour gérer les bouts de code qui restent à ajouter du côté du site (et oui, ce n’est pas aussi simple de se débarrasser des développeurs). Ainsi,  il rendra Contact Form 7 et Woocommerce prêts à dialoguer avec votre Tag Manager. Pour Gravity Forms et le suivi de conversion Analytics, vous pouvez suivre par exemple ce tutoriel ; et pour Contact Form 7 celui ci.

Une fois le conteneur déployé, il est possible d’activer un mode de debuggage qui est très pratique et qui permet de voir si les balises se déclenchent bien et avec quelle couche de données. Voici un exemple :

gtmpreview

Autre exemple, dans cet article, je vous avais présenté Navilytics : on pourrait imaginer ajouter son code de suivi grâce à Google Tag Manager, en quelques clics pour éviter l’installation du plugin spécifique ou la modification du code source.

Conclusion

Le Tag Management est un concept très séduisant et tout aussi puissant, mais qui demande encore des compétences de paramétrage et développement importantes. Les difficultés de déploiement ont été largement réduites par ce type de solution qui sont l’avenir du tracking ciblé des visiteurs d’un site. A réserver tout de même aux sites à fort trafic et à ceux pour lesquels l’analyse comportementale des visiteurs est stratégique.

Les TMS (Tag Management System) sont nombreux sur le marché et Google Tag Manager n’est d’ailleurs pas le plus avancé de ces outils. On peut citer : Tag Commander (solution multi canale pour les grands comptes), Tealium IQ…