Moïse DURAND
Consultant webmarketing au carrefour du SEO et de l'UX Design.
Moïse DURAND

@mosedurand

Consultant Webmarketing, fan d'UX Design, Co-gérant de l'agence Terre Digitale.
RT @WalterStephanie: Design Elements & Principles https://t.co/eXy39YsHoF - 2 mois ago

En matière de référencement, le problème majeur des sites de petites structures relève moins du SEO que de la non prise en compte des fondamentaux de la communication. Car oui, le site maigrichon transmet trop peu d’informations au lecteur et au moteur de recherche.

En caricaturant à peine, l’architecture classique du site anémique, c’est bien souvent une page d’accueil (quand-même), une unique page de service avec un mini-paragraphe et une liste à puces de services ou produits, et une page « à propos » qui raconte à quel point l’entreprise est à taille humaine et soucieuse de la qualité de ses produits, mais pas vraiment de qui se cache derrière le « nous ». La page de contact se résume à sa plus simple expression avec un formulaire et un numéro de téléphone.

Mini-site, mini-visibilité

Je ne critique pas ce type de site (j’en ai fait) quand l’ambition affichée relève de la pure présentation synthétique et qu’il s’agit juste d’être retrouvé sur son nom de marque. En revanche, quant il s’agit de faire connaitre, convaincre et de générer du trafic moteur, le format a ses limites. Excepté dans les secteurs les moins concurrentiels, le site statique de 4 pages aura peu de chance d’être bien référencé.

Alors bien sûr, certains objecteront que l’acquisition de liens entrants permet de positionner une coquille vide, mais en ces temps de chasse aux liens « non naturels », la pérennité de la démarche est loin d’être assurée (voir à ce sujet cet excellent article : http://blog.axe-net.fr/quel-rythme-acquisition-backlinks/).

De la valeur des pages spécialisées pour la com et le référencement

Bien souvent, le bât blesse par une description insuffisante des produits ou des services. Créer une page mono-thématique par produit ou service, c’est non seulement augmenter ces chances de répondre à une problématique précise d’un futur client mais c’est aussi améliorer la pertinence de la page pour un mot clé ou un groupe de mots clés précis.

Par exemple pour un studio de création graphique vous pouvez très bien rédiger une page générale sur la communication visuelle de 2 ou 3 paragraphes en intégrant des liens vers des pages de services connexes : création graphique, identité visuelle, supports imprimés, packaging produit, webdesign…

groupe de pages thématiques
Ce travail sera d’autant plus efficace que vous aurez, au préalable, identifié les mots clés pour chaque thématique. Les pages sans contenu texte sont à proscrire. Pour être pertinent sur les mots clés visés, rédigez un minimum de 2 à 3 paragraphes descriptifs du service et de ses avantages pour le client en variant les mots clés et en intégrant des illustrations. N’oubliez pas aussi, de faire des liens internes entres les pages de services de thématiques proches. Procéder de la sorte permet de créer un corpus thématisé à même de rendre votre site pertinent aux yeux du moteur (pour en savoir vraiment plus il y a une super formation).

Nourrir son site avec un blog

Publier à intervalle régulier (pas comme moi), un article informatif, une vidéo sur le blog de votre site, permet mécaniquement d’augmenter votre surface de visibilité sur les moteurs. Si tant est que le contenu soit de qualité, ce dont je ne doute pas, vous pourrez même obtenir des liens naturels. Si ce n’est pas le cas, votre référenceur aura moins de scrupule à faire du netlinking après la publication de contenus frais. Enfin, l’article de blog constitue une matière de premier choix à partager sur les réseaux sociaux.

Dans bien des secteurs, publier ne serait-ce qu’un article par mois, peut vous placer très loin devant vos concurrents.